自転車で地域&人づくり
Tour du Sénégal, étape 6. 4e
Tour du Sénégal, étape 6. 4e

Tour du Sénégal, étape 6. 4e

Après un ultime transfert retour pour Dakar, le Tour du Sénégal allait pouvoir prendre fin, sous forme d’un critérium assez court en centre-ville. Une grande avenue a été bloquée pour l’occasion, et au milieu de la chaussée, des voitures publicitaires ont été disposées, qui servent de quilles de signalisation. Le boulevard de l’indépendance s’est ainsi donné un air de Champs-Elysées le temps d’une journée : une large avenue bordée d’arbres et de commerces, avec un bitume irrégulier, et un satané vent de face dans la portion montante, qui tournait de dos dans la partie descendante. Même l’obélisque était présent au bout du faux-plat montant pour mimer la concorde. Nous avons appris avant le départ que l’étape ne compterait pas pour le classement général, et que je me retrouvais donc ainsi malheureusement figé à la 5e place, à quelques 14 secondes seulement de la quatrième. Mais il restait encore l’étape, et malgré avoir trusté toutes les autres places du top 10, nous n’en avions pas gagné une seule jusque-là.

Steve avait prévu de faire le départ en compagnie d’un marocain, mais le marocain en question n’aura fait que 25 mètres avant d’exploser sa chaîne et de regarder le reste de la course sur le bord de la route. Le peloton n’a pas vraiment tremblé et tout est resté compact pendant plusieurs tours, notamment sous l’impulsion du Global Cycling qui tentait de verrouiller. Le verrou a cependant sauté après une dizaine des 35 tours de circuit et les attaques ont commencé à être plus tranchantes. Steve est le premier à avoir trouvé l’ouverture en compagnie de Patrick Kos, le second du classement général.

A partir de là, nous avons verrouillé à double tour, avec le concours des hollandais et le consentement des marocains, et l’avance des deux fuyards a atteint la minute sans peine. Seuls les slovaques du Team Merida, les sénégalais, et quelquefois les maliens, ont tenté de relancer la course, sans vraiment très bien s’organiser. La victoire annoncée de Steve a donc été particulièrement facile, alors que nous avons tant buté contre des adversaires plus nombreux ou le manque de réussite jusque-là : il a attaqué son compagnon à trois tours de l’arrivée pour terminer seul. Derrière, après avoir contrôlé le peloton, je me suis permis le luxe de sortir seul à mon tour et de reprendre le slovaque intercalé. Malheureusement, j’ai mal géré mon sprint en étant trop patient : lorsqu’il a démarré devant moi, j’ai réagi tellement vite que ma roue avant a touché sa roue arrière. J’ai eu le temps de relancer et de remonter au pédalier, mais pas davantage. Je perds le podium ainsi bêtement et échoue à nouveau à la 4e place.

Dommage que le temps ne comptait pas aujourd’hui, car j’aurais récupéré ma quatrième place, ayant réussi à piéger le sénégalais Becaye Traoré. Nous sommes ravis de terminer le tour par la victoire d’étape qui nous manquait. De mon côté, je reste un peu frustré de revenir sans victoire ni podium ni maillot, mais je suis déjà satisfait de terminer 5e du classement général. Je reviendrai sur notre semaine de voyage dans un prochain article.

senegal5