自転車で地域&人づくり
Tour de Serbie, étape 3. 2.2 28e
Tour de Serbie, étape 3. 2.2 28e

Tour de Serbie, étape 3. 2.2 28e

La troisième étape présentait un profil assez particulier : quatorze boucles d’un circuit de dix kilomètres tout rond, totalement urbain, dans la ville de Vrsac. Si elle paraissait bien être la moins facile sur le papier, nous avons eu la surprise de constater sur le terrain à l’échauffement que la côte du circuit était en réalité un mur à plus de 15%. Nos plans ont donc été un peu chamboulés, et mon rôle était alors d’abord de m’accrocher jusqu’au bout, avant de pouvoir envisager de tenter ma chance au sprint.

serbie1

J’ai été très vigilant sur les deux premiers passages, en me plaçant dans les 7-8 premières positions à chaque ascension. J’ai ainsi remarqué que la côte était un peu moins difficile que prévu puisque tout le monde est passé ensemble tant bien que mal, la partie raide étant un peu trop courte et la descente trop rapide. Je me suis donc laissé un peu de mou jusqu’à la mi-course, tentant de gérer l’ascension intelligemment en me laissant rétrograder. Sur le reste du circuit, assez sinueux, le tempo était toujours plus modéré et je laissais retomber la tension nerveuse en restant dernier du groupe. De toute manière, notre peloton de 60 coureurs n’était pas très difficile à remonter.

Les trois coureurs sortis en début de course n’ont pas creusé plus d’une minute et trente secondes. C’est finalement à 5 tours de la fin, donc 50 kilomètres de l’arrivée, que la course s’est accélérée, et qu’Itera-Katusha a commencé à attaquer le maillot jaune. La côte s’est montée beaucoup plus vite et le peloton a commencé à diminuer. Nous n’étions plus qu’une quarantaine. Après un tour complètement fou où les attaques ont fusé dans tous les sens, c’est finalement l’ascension suivante qui s’est avérée décisive : mon coéquipier Artem Topchanyuk a réalisé l’ascension la plus rapide et s’est isolé en tête avec un coureur d’Itera-Katusha. Ils ont vite pris une minute d’avance, et ont obligé l’équipe russe du leader à rouler fort derrière. Le peloton, lui, ne comptait plus que vingt-cinq unités.

serbie2

À trois tours de l’arrivée, j’ai encore basculé avec le groupe, sans trop baisser de rythme dans l’ascension. Mais je n’ai pas trouvé d’ouverture ensuite pour remonter le peloton en file indienne avant la suivante, et je me suis complètement garé au pied de celle-ci. Les 17 derniers kilomètres étaient de trop pour moi, et j’ai laissé filer le groupe maillot jaune, pour terminer à ma main, en tournant les jambes, alors que quelques coureurs m’ont doublé derrière voiture. Artem a terminé 2e de l’étape et s’est emparé de la 3e place du classement général. Demain, la dernière étape se disputera en ligne cette fois-ci et reliera Vrsac à la capitale, Belgrade. Il me tarde d’arriver à destination…