自転車で地域&人づくり
Tour de l’Ardèche Méridionale, épreuve 1 – 1/2/3/J 14e
Tour de l’Ardèche Méridionale, épreuve 1 – 1/2/3/J 14e

Tour de l’Ardèche Méridionale, épreuve 1 – 1/2/3/J 14e

L’heure de la reprise des compétitions a sonné. Le départ est donné au village vacances à Voguë, pour une épreuve qui ressemble drôlement à la Flèche Ardéchoise junior, que les rhônalpins connaissent bien. De mon côté, l’idée est de me retenir jusqu’à l’approche de la première véritable difficulté de la journée, le col de la Serre, qui est à escalader à deux reprises. La descente jusqu’à Vallon-Pont-d’Arc par la côte de la Fontaine de Cade est étrangement calme : peu d’offensives, toujours timides, avec un fort vent de face. Mais une fois Vallon traversé, la course semble se décanter un peu plus. Avec les premiers reliefs, j’intègre un premier groupe de sept-huit coureurs que je crois bien parti, mais le peloton revient vite : il semble que ce ne soit pas encore le moment. J’insiste quand même, mais je le regrette rapidement. Je rétablis bien la situation, lorsqu’à l’approche du Col de la Serre et l’arrivée sur une route plus étroite, j’accroche un groupe d’une trentaine de coureurs. Cette fois-ci, c’est le bon. Le franchissement du col confirme la situation : on ne reverra plus le peloton.

1ardeche1

La partie raide du col est plus longue que dans mes souvenirs. Je ne suis pas mal, mais je dois me mettre à bloc pour basculer bien placé. Je suis surpris par un coureur de Romans mal à l’aise dans la descente, et par un fort vent de côté au pied : après une petite frayeur de deux ou trois kilomètres, je recolle au groupe, qui s’est bien amaigri à l’occasion. Autour de moi, je retrouve quatre coéquipiers : Xavier Brun, Guillaume Bonnet, Romain Faussurier et Axsel Nõmmela. Nous ne sommes plus qu’une vingtaine de coureurs en tête, et l’ardoisier nous annonce 1’20 d’avance.

1ardeche2

Les relais tournent bien à l’avant, surtout dans la longue portion rectiligne vent de trois-quart dos pour revenir à Vallon-Pont-d’Arc. Le compteur ne descend presque jamais en-dessous des 50 kilomètres/heure. Pourtant, un groupe de quelques coureurs parvient à revenir sur nous de nulle part, avec quatre chambériens. Alors qu’ils étaient jusqu’à présent cinq comme nous, voilà qu’ils se retrouvent à neuf… Sur dix coureurs au départ ! Lorsqu’on reprend le vent moins favorable, l’entente est un peu moins bonne. Les relais infinis de Sébastien Fournet-Fayard nous évitent la mésentente totale. À l’approche du Col de la Serre, les offensives reprennent. Notre groupe d’une trentaine aborde néanmoins l’ascension groupée, mais cette fois-ci, les kilomètres à vive allure pèsent et l’écrémage est nettement plus important. Je comprends vite que je ne vais pas pouvoir soutenir le rythme des meilleurs du groupe. Je gère mon effort au mieux en évitant de me mettre dans le rouge, mais je ne suis pas bien dans les forts pourcentages. Je bascule à côté de Thomas Girard, Victor Tournieroux et un coureur de Nancy. Dans la descente, nous reprenons un peu de temps, mais les écarts sont déjà trop grands.

1ardeche4

Malgré notre bonne entente, nous ne reprenons que quelques coureurs, comme Xavier au sein d’un groupe de quatre, pour former un contre d’une dizaine. Nous avons beau rouler à plus de 50km/h pendant de nombreux kilomètres, nous perdons du temps sur la tête. Devant, on nous annonce un contre avec Guillaume, et un groupe de 5 coureurs de tête avec 5 chambériens ! La lutte s’avère vite perdue pour nous, la plupart de mes compagnons se démotive. Dommage car de mon côté, sur le plat, les jambes sont vraiment bonnes. À la faveur de la montée retour de la Fontaine de Cade, nous reprenons parfois quelques individualités, et notre groupe progresse ainsi jusqu’à Aubenas avec un grand écart devant, un grand écart derrière. Je sais que nous jouons encore pour une place respectable, alors je fais le sprint du groupe dans cette arrivée de costauds. Je me fais doubler par Simon Buttner que nous venions de ramasser de devant. Je termine ainsi 14e de ma première course de la saison.

1ardeche3

Le bilan personnel est bon, avec de très bonnes sensations, un peu moins bonnes dans l’ascension raide du Col de la Serre cependant. Je pense que c’est quelque chose que je peux corriger en travaillant un peu plus dans les reliefs, ce qui viendra avec le beau temps. Du reste, c’est positif. Pas de problème sur la distance non plus. En ce qui concerne l’équipe, je suis plutôt satisfait. L’élan collectif est plutôt bon, et si nous avons tous un peu calé dans les portions raides, nous étions cinq coureurs devant. Ce n’est pas exceptionnel, surtout à côté du bilan de mon ancienne équipe de Chambéry qui réalise le quintuplé ; mais ça reste encourageant. Demain, la seconde épreuve fera la part belle aux gorges de l’Ardèche, mais aussi, probablement, aux averses…