自転車で地域&人づくり
Stage foncier Valmorel
Stage foncier Valmorel

Stage foncier Valmorel

Une fois la coupure achevée et l’heure de la reprise sonnée, je suis remonté sur le vélo à raison d’une sortie tous les deux jours dans un premier temps, avant de lancer le second cycle avec un gros bloc de travail préparatoire. Je me suis arrangé pour que la coupure soit efficace, mais de durée suffisament courte pour rester capable d’encaisser un gros volume d’entraînement. 4 jours sans vélo, puis 4 jours d’alternance donc et me voilà actuellement entre deux blocs de travail intensif de trois jours chacun.

J’ai terminé hier le premier bloc de travail dans le Beaufortain et la Tarentaise. Je me suis fait plaisir, puisqu’en 72 heures de temps, j’ai roulé 17h40 en 5 sorties, gravi 12000 mètres de dénivelé, et roulé 433 kilomètres. Voici un court résumé de mes séances de travail.

DCIM100GOPRO

Mardi 15 avril – matin

J’ai profité du tronçon de piste cyclable Albertville/Annecy pour effectuer mes deux séries de 6 sprints 10 secondes sans être dérangé par les voitures, puis je suis retourné vers Albertville via le Col de Tamié pour lancer la chasse au dénivelé.

Col de Tamié – 9,6km à 4%

Mardi 15 avril – après-midi

Première séance foncière au départ de Beaufort avec l’ascension de deux gros morceaux méconnus du massif, le Col du Pré et le Col du Joly. Le col du Pré était ouvert jusqu’au panneau du col mais il était impossible de basculer vers le lac de Roselend, bloqué par la neige face nord. Il s’agit de l’un des cols les plus difficiles de France avec 12,3km à 7,8% dont les 6 derniers à 10,5%. Je m’attendais en revanche à ne pas pouvoir monter au sommet du Col du Joly qui culmine à 1988m. Je suis monté jusqu’à 1700 mètres environ, c’est à dire 3 kilomètres du sommet.

Col du Pré – 12,3km à 7,8%
Col du Joly (jusqu’à la neige) – 21km à 4,6%

Mercredi 16 avril – matin

Depuis la station de Valmorel où je me suis basé pour le stage, je suis monté sur le versant d’en face, à Naves, où la route monte jusqu’à 1544m ; puis je suis remonté à Valmorel par le versant d’à côté, par Doucy, plus irrégulier. A l’occasion de chacune des deux montées, j’ai travaillé la force et la technique de pédalage sur 4 répétitions de 5 minutes à 60 tours/minute.

Grand Naves – 16,3km à 6,9%
Station de Valmorel par Doucy – 19,1km à 4,8%

Mercredi 16 avril – après-midi

Comme la veille, l’après-midi était dédié à une sortie foncière, pour travailler sur la fatigue. Cette fois, je me suis attaqué aux trois vallées de la Vanoise avec les ascensions vers Champagny-en-Vanoise, Courchevel 1850 et Méribel – les Allues. Il a fallu enfin remonter sur Valmorel par la montée classique. Au total plus de 3100m de dénivelé pour clore une journée à 5300m, 177 kilomètres et 7h30 de selle … ! De beaux moments de vélo.

Montée de Montagny – 8,1km à 6,9%
Station de Champagny-en-Vanoise – 4,5km à 7,1%
Station de Courchevel 1850 – 13,5km à 6,6%
Station de Méribel – 4km à 4,7%
Station de Valmorel – 13,5km à 6,8%

Jeudi 17 avril

Une seule sortie pour terminer le stage mais la plus longue d’entre toutes, 5 heures au programme le lendemain d’une des plus dures journées de l’année. Il s’agissait de bien gérer la récupération et l’alimentation car la débauche d’énergie a été énorme sur les 3 jours. Cette fois, j’ai enchaîné les cols dans le massif des Aravis et du Beaufortain, que je connaissais déjà pour la plupart, à l’exception du Col de Plan Bois : 6,2km à 9,6% de pente moyenne, et un premier kilomètre terrible à presque 14%. L’auto-pause de mon Garmin s’est déclenchée à plusieurs reprises. Je n’avais jamais monté non plus le Col des Saisies par Crest-Voland, joli également par ce versant moins connu.

Col de l’Épine – 5,8km à 7,7%
Col du Marais – 2,6km à 3,1%
Col de Plan-Bois – 6,2km à 9,6%
Col de la Croix-Fry – 8,8km à 7%
Col des Aravis – 4,1km à 6,3%
Col des Saisies – 13,7km à 5,4%

Je profite aujourd’hui d’une journée de repos avant de repartir dès demain samedi pour trois nouveaux jours de travail à la montagne, pour un stage plus axé sur les hautes intensités cette fois-ci. Je serai à l’Alpe du Grand-Serre dans le massif de l’Oisans.