自転車で地域&人づくり
Élite Nationale – Circuit de la Vallée du Bédat
Élite Nationale – Circuit de la Vallée du Bédat

Élite Nationale – Circuit de la Vallée du Bédat

Avec 9 coureurs, l’équipe était présente en nombre pour l’ouverture de la saison en Auvergne, sur le Circuit des communes de la Vallée du Bédat, en Elite Nationale. 6 tours de 21km assez vallonnés avec un bon plateau régional/interrégional, avec comme plus grosses formations la présence du Team Pro Immo, CR4C Roanne, Team Probikeshop Saint Etienne Loire, VC Vulco Vaulx en Velin, VC Caladois, VC Toucy en plus de plusieurs formations DN3, d’individualités ou d’équipes présentes en petit nombre. 140 coureurs environ pour une startlist assez garnie donc, mais pas tant que le week-end précédent en coupe de France.

Je ne connais pas cette course, l’édition 2013 avait été annulée à cause de la neige. Nous en sommes loin aujourd’hui, s’il fait frais, le soleil est une nouvelle fois présent pour mon plus grand bonheur.

Avec une semaine très légère et un échauffement sommaire, je sais qu’il faut que je reste tranquille en début de course, et que je risque d’être un peu limité. Cela ne manque pas, je prends le départ en milieu de peloton et ne cherche pas à revenir devant à tout prix : je pense qu’il s’agit d’une bonne manière de me canaliser. Je me suis fixé une échéance : commencer à être présent à l’avant à la fin du premier tour, secteur pointé stratégique par notre DS Vincent Terrier.

bedat1

Lorsque j’atteins la tête de peloton, ce qui formera l’échappée fleuve de la journée se forme juste sous mes yeux. Je ne suis encore qu’en deuxième rideau sur une route étroite : je la vois prendre du champ, je prends un contre qui ne se forme pas, et le coup est sorti. Nous avons quatre coureurs à l’avant : Pierre Latour, Jordan Sarrou, Nico Denz ainsi que Maxime le Lavandier, c’est-à-dire quatre de nos meilleures cartes.

Les quelques efforts du premier tour me restent dans les jambes et même si je ne me sens pas foncièrement mal et que j’ai du mal à cerner mes sensations, je suis limité. Je ne peux pas faire ce que je veux. L’échappée sortie, je suis obligé de rester en second rideau pendant de longs kilomètres, à regarder la course se faire au loin. De toute manière ce n’est pas à nous de nous dévoiler encore, je préfère conserver les forces qu’il me reste pour être utile en fin de course lorsque la décision se fera très probablement. L’écart avec l’échappée reste stable, oscillant entre 30 secondes et un peu plus d’une minute, au gré des changements de rythme à l’arrière. Vaulx en Velin tente une poursuite qui redonne un peu de peps au peloton mais qui ne s’avère pas décisive. Finalement, c’est à l’occasion des deux derniers tours que la course va s’emballer.

bedat2

Après un passage très difficile pendant lequel j’ai été transparent, trop limité physiquement et embêté par une contracture persistante au mollet droit que je ne parviens pas à faire partir, je me sens mieux sur la fin de course lorsque l’allure s’emballe. Je joue avec mon placement dans le peloton, même si je n’ai pas les jambes pour être présent souvent à l’avant : lorsque je me sens bien, je vais suppléer un peu mes collègues à l’avant mais je ne peux pas en faire davantage. Les deux derniers passages de la côte du circuit sont assez dévastateurs pour le peloton, auquel je m’accroche tout en gérant bien mes efforts : il ne reste bientôt plus qu’une quarantaine de coureurs derrière le groupe de tête, qui s’est disloqué. Lorsque je suis de nouveau présent à l’avant, j’aperçois Nico et Jordan dans notre groupe.

bedat3

Je consacre mon dernier tour à essayer de gérer au maximum mes efforts pour pouvoir aider Adrien, Dorian ou Benjamin qui semblent beaucoup mieux que moi. Je parviens à basculer mais je ne peux remonter que trop tard, je n’arrive pas à produire mon effort lorsqu’il faut remonter. Je dois me contenter d’une place en queue de groupe, aux alentours de la 40e.

A l’avant, Pierre et Maxime se disputent la victoire au sein d’un groupe de 6 composé des rescapés de la première échappée. Pierre se sacrifie pour Maxime dans le dernier kilomètre qui échoue à une demi-roue à peine de Julien Baillon de Creuse Oxigène, qui s’est montré le plus opportuniste.

bedat4

Me concernant, un bilan décevant. Je m’attendais à être poussif aujourd’hui mais j’ai été même presque inutile à l’équipe tout en n’étant pas non plus capable de faire le sprint ni d’emmener qui que ce soit pour une place d’honneur. Ce n’est pas non plus la catastrophe car au sein de notre groupe, nous n’étions plus qu’une quarantaine et j’étais capable malgré tout de gérer pour basculer avec la tête sans ne me mettre dans le rouge. Malgré tout, je ressens encore un gros déficit de rythme qui j’espère sera corrigé très prochainement.
Le point rassurant, c’est que nous enchaînons à présent avec un second stage de préparation justement consacré au rythme cette fois-ci. Mes sensations sont donc toujours cohérentes avec ma planification d’entraînement : je ne veux pas faire l’erreur d’être trop tôt en condition comme l’an passé. Malgré tout, j’ai hâte d’être capable de peser davantage sur la course. Le week-end dernier sur la coupe de France avec un niveau bien supérieur, je me sentais capable de peser sur la course et peut-être ramener un résultat. Tout laisse à penser que je serai plus performant sur les échéances à venir, à commencer dès samedi par le circuit des 4 cantons.

Voir les photos

1 BALLION Julien 1ère Creuse Oxygène les 129,6 km en 2h50’23.711  
2 SCHULTZ Nick 1ère C4C Roanne E 1.345
3 LE LAVANDIER Maxime 1ère Chambéry CF E 2.358
4 PEREIRA Florent 1ère Team Pro Immo Nicolas Roux E 3.396
5 SAVICKAS Zydrunas 1ère Bourg-en-Bresse Ain Cyclisme 4.688
6 LATOUR Pierre-Roger 1ère Chambéry CF E 6.688
7 SLATER Alistair 1ère Guidon Chalettois E 35.734
8 CARISEY Clément 1ère VC Caladois E 48.178
9 DUMOURIER Florian 1ère C4C Roanne E 1:28.472
10 CALLAOU Yvan 1ère CR4C Roanne E 1:29.525

38 BOSSIS Tom 1ère Chambéry CF E 1:35.654