自転車で地域&人づくり
#25 1.1 UCI Tour du Valromey étape 1
#25 1.1 UCI Tour du Valromey étape 1

#25 1.1 UCI Tour du Valromey étape 1

A l’arrivée du championnat Rhône Alpes, le responsable de Belleville Thierry Laurent me propose de participer avec eux au Tour du Valromey, une épreuve UCI junior particulièrement renommée chez nous, particulièrement difficile aussi… J’accepte bien sur, considérant que c’est une occasion à saisir, puisque seulement remplaçant en équipe régionale… Seul hic, je coupe le vélo après la drôme provençale et j’ai 3 jours pour me préparer pour le TVO… Pas terrible.
Etape 1. Château Gaillard – Culoz, 98km
Je prends donc le grand départ de Château Gaillard sans être sur de moi du tout, mais pour le moment ça va puisque l’étape du lundi, est la plus facile des 4.
Enfin, elle est sensé l’être…
Rien que dans le fictif ça frotte comme jamais, la faute sans doute aux belges et aux allemands. Drôle de culture du vélo, en tout cas très différente de la notre, c’est assez marrant. Le départ réel est lancé loin devant, en tête de peloton, alors que de mon côté je n’ai réussi à remonter personne, pourtant d’habitude le problème est partout sauf là ! Les premières attaques fusent comme prévu. J’avais pensé attendre passivement que la course se décante au début puis surgir au bon moment, puisque c’est bien connu, ici, ça part toujours dès le début. Seulement, ça roule beaucoup plus vite que prévu, comme en première, ou alors c’est moi qui suis collé ! J’assiste bientôt à un drôle de spectacle… J’évite de peu un piquet de sécurité au milieu de la route, pas Chamerat derrière moi que je vois freiner et rentrer en plein dans un pauvre signaleur qui n’en demandait pas tant. En voilà un pour qui le Valromey ne durera pas longtemps, j’ai mal pour lui (pour eux, même…)
Lorsque je peux enfin remonter ce n’est pas par hasard, c’est parce que la bonne est enfin sortie. Je tente alors de prendre deux ou trois coups mais comme toujours, lorsqu’on a un temps de retard, il faut retourner sa veste, sinon ce petit jeu peut durer longtemps. Je fais donc le compte des bellevillois et il en manque deux, Anthony qui est malheureusement resté piégé derrière suite à la chute de son homologue et Amandin, qui lui est devant, pour une fois dans le bon coup. Je bosse donc pour lui histoire de servir à quelque chose…
Une belle image qui représente bien ce qu’est le Valromey : un cri de singe derrière. Qu’est-ce donc ? Le temps de me retourner un autre à gauche, deux à droite, et des belges qui jouent des coudes un peu partout… C’est un troupeau de belges ! Drôle de cri de rassemblement. Ils s’organisent devant, mais l’écart ne diminue pas vraiment pour autant et l’un d’eux arrive à se glisser dans un contre, alors ils arrêtent. Le bon coup prend le large, entre 15 et 20 coureurs. Je n’ai plus qu’à me caler derrière, je vais chercher un bidon à la voiture et j’attends sagement. D’autant plus que la première bosse approche.
J’ouvre le maillot et j’enlève les lunettes, ça ne monte pas spécialement vite mais il fait lourd et je suis très limite. Pas de miracle. Passe le sommet, un bon bout de vallée et on arrive au pied de l’enchaînement de bosses qui elles, sont répertoriées bien que plus courtes, mais autrement plus dures.
Dans la première, je me surprends comme toujours dès le pied mais au bout de 3 minutes d’effort je plafonne contrairement aux autres. Je suis encore dans les premiers du peloton a la limite de casser. Une descente rapide et revoilà une bosse, classé en 2e caté cette fois. Je tente ma chance du pied, cette bosse m’inspire bien, c’est tout ce que j’aime ! Un poil longue peut-être… Je prends vite 10-15 secondes et je monte très vite, je me rassure. Mais la pente ne se calme toujours pas et le panneau “GPM, 1000 mètres” m’achève, je me relève pour récupérer un peu, c’est trop long. Seulement maintenant ça descend jusqu’à une simple rampe de 200m jusqu’à la ligne, si j’avais su ! Je tente ma chance de nouveau immédiatement au pied de la descente. Premier échec. Seconde tentative un peu plus loin et second échec après 3-4km en solo.
Au panneau arrivée 10km, je glisse à Audric que c’est le moment d’y aller. Lui sort sans réaction et je me cale tout de suite devant pour bloquer la poursuite. Il prend de l’avance avec 2-3 autres coureurs… Je retourne me cacher un peu, j’ai l’intention de faire le sprint, pour me tester et terminer sur une bonne touche. Mais je trouve finalement l’ouverture dans une courte côte à 3km de l’arrivée, je sors en puncher sans que cette fois ça réagisse. Ca ne reviendra pas, je double un puis deux lâchés de devant qui ne s’accrochent pas et j’échoue à 5 secondes du groupe d’Audric.. Mais bien entendu, seulement 28e ! Quand même relativement satisfait.
Devant un belge de Lotto remporte sa 1re victoire en sortant avec Thévenot à 40km de l’arrivée de l’échappée, qui lui empoche les GPM. Le groupe de contre arrive sur leurs talons à seulement 3 secondes, et Nico Carret qui sort au même endroit que moi 3e dans le même temps ! Amandin termine 12e, jolie perf, même si ça aurait pu être mieux. Audric donc 27 juste devant moi et Damien saute du peloton pas loin de l’arrivée. Demain les premiers cols…
1. Deltombe Kévin (BEL, ID Lotto Cycling Team)
2. Thévenot Guillaume (FRA, Pôle la Roche / Yon)
3. Carret Nicolas (FRA, CD Bouches du Rhône)
4. Delon Denis (FRA, Argenteuil Val de Seine)
5. Keller Hermann (GER, Ghost Junior Team)