«

»

mar 02 2016

Mon partenariat avec Café du Cycliste

Je suis assez discret sur le sujet, mais depuis septembre 2015, je travaille sur différents projets avec la marque française Café du Cycliste. Je suis allé à leur rencontre dans le centre-ville de Nice, quelques jours à peine avant de décoller pour le Japon. Je n’ai pas pour habitude de démarcher des entreprises, mais ce projet s’est monté assez naturellement et il est, à divers égards, bien plus qu’un simple sponsoring.

Café du Cycliste, comme son nom l’indique, était à l’origine un café. Depuis, elle est devenue une drôle de marque à plusieurs têtes, et notamment, une ligne de vêtements cyclistes. Cette idée est venue à Rémi Clermont et André Stewart, les deux fondateurs et co-propriétaires, autour d’un café après une sortie dans la côte d’Azur. Huit ans plus tard, c’est exactement ce qu’est devenu la marque : une invitation à faire du cyclisme un mode de vie. Grâce à sa ligne exigeante et décalée, plutôt inspirée du monde de la mode que de celui du cyclisme, le Café est devenu une référence internationale, et véhicule l’image et le savoir-faire de la France partout dans le monde… plutôt que chez nous d’ailleurs, paradoxalement.

Cette idée de faire du cyclisme un mode de vie, c’est aussi ma démarche. Vous apercevez Café du Cycliste tous les deux-trois jours, sur les photos de mes voyages, que j’ai pris l’habitude d’accompagner de petites anecdotes en anglais. Depuis l’arrêt dans l’oeuf de ma carrière de haut-niveau, je me suis lancé dans ce projet : mettre le cyclisme en avant comme moyen de voyager, de promener ses yeux sur ce qui se passe autour, de se mêler à la foule civile plutôt que de s’enfermer dans sa propre bulle. Ce projet, à contre-courant du haut-niveau, est plus proche à mes yeux de l’essence du cyclisme, que ceux qui en portent l’image dans les médias. Je suis fier de porter les vêtements du Café, et je m’investis toujours avec plaisir dans le développement de la marque, dans la mesure de mes capacités : communication, récits, traductions, retours d’expérience… C’est aussi, pour moi, un accès privilégié au monde de l’entreprise, car le Café représente à mes yeux l’image du succès : avant d’être une réussite commerciale, c’est avant une réussite idéologique, qui fait la part belle au cyclisme dans ce qu’il a de plus noble.

Jetez un oeil sur l’interwiew de son fondateur Rémi Clermont, et sur la collection 2016.

Café du Cycliste, avec le niçois Florent Icard, l'un de mes anciens coéquipiers au CR4C Roanne

Café du Cycliste, avec le niçois Florent Icard, l’un de mes anciens coéquipiers au CR4C Roanne

1 Commentaire

  1. Laurent

    Intéressant ce concept, et en plus traité dans un article en français, ce qui n’est plus si fréquent sur sisbos.fr, Je note qu’en place de sisbos, le correcteur interprète sushi ce qui lie indéniablement l’auteur au pays du soleil levant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>