«

»

oct 26 2015

Les cols abandonnés

Une fois sorti de la plus grande métropole du monde, aussi immense soit-elle, à l’instant même où s’efface la dernière maison, le silence s’installe instantanément et le temps semble comme reculer d’une cinquantaine d’années. Le rapport qu’entretient le Japon avec la nature a quelque chose de religieux, et le respect que cette civilisation lui témoigne depuis des siècles est accessible à quiconque s’enfonce suffisamment profond dans la montagne vierge. Je m’estime chanceux de faire partie de cette infime poignée d’humains privilégiés. Grâce à ma bicyclette, j’ai accès à une matière que certains japonais ne verront pas eux-mêmes une seule fois de toute leur existence, alors qu’elle se situe à quelques kilomètres seulement de leur effervescence.

Sur ce qu'il reste de route, souvent encore en bon état, par d'autre bruit ne résonne que celui des pneus.

Sur ce qu’il reste de route, souvent encore en bon état, par d’autre bruit ne résonne que celui des pneus.

Dans la montagne en bordure de Tokyo – et c’est probablement le cas ailleurs au Japon – il existe deux types de cols : les cols routiers principaux, rares et donc assez empruntés, quoiqu’assez peu en proportion de la population, les grands axes étant plutôt côtiers. Et puis les cols routiers secondaires, presque tous laissés à l’abandon et interdits à la circulation automobile. Les deux cohabitent parfois à quelques kilomètres d’intervalle, mais les seconds nommés n’apparaissent pas à la première lecture d’une carte, mystérieusement effacés. Ils ont pourtant tous été empruntés jadis par d’autres véhicules, comme en témoignent les panneaux, marquages et autres glissières de sécurité adressés aux automobiles. Aujourd’hui, la nature déborde sur ce qu’il reste de bitume, qu’aucune voiture n’a foulé depuis des décennies. Je ne connais pas leur histoire, et j’aimerais la connaître, mais il est fort possible qu’elle ait été abandonnée avec leur existence, en même temps qu’ils ont été rayés de la carte.

Leur existence a parfois été oubliée, mais la pente n'a pas disparu.

Leur existence a parfois été oubliée, mais la pente n’a pas disparu.

Cet accès privilégié permet de pédaler beaucoup plus proche de la nature, de ses sons et de ses odeurs presque immaculés, que personne d’autre sur terre ne partage à ce moment précis. Cette proximité révèle beaucoup de choses sur la culture japonaises et ses traditions, sur ses croyances, et sur ses influences artistiques uniques notamment. L’ascension de ces petits havres de paix a quelque chose de mystique, et on serait à peine surpris de voir surgir un youkai (妖怪) au coin du virage suivant. Les comptes et légendes prennent ici une forme beaucoup plus réaliste. Mythe et vérité s’y confondent de façon privilégiée…

Qui peut dire avec certitude que l'autre côté de ce tunnel ne mène pas vers le monde des esprits...

Qui peut dire avec certitude que l’autre côté de ce tunnel ne mène pas vers le monde des esprits…

6 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. dubois

    Tom Bonjour ou bonsoir que sais-je? Je suis et lis Attentivement tes aventures sportives et découvertes et je crois que c’est bien toi qui apporte l’oeil nouveau du cyclisme . Cette formidable aventure que tu vis au quotidien t’apporte richesses , échanges concrets , partage des choses, connaissance des autres. Bonne Continuation, au plaisir

    1. sisbos

      Merci beaucoup, je suis content si je parviens à partager une partie de cela avec succès !
      Au plaisir !

  2. Aigle Ventoux

    Salut Tom,

    Merci pour ton reportage sur les cols abandonnés.

    A+

    Joël

  3. marco

    salut,

    c’est très sympa de suivre ta découverte du Japon à distance, je ne me serais pas attendu à ce que l’on puisse trouver des tels havres de paix au Japon ! J’ai prévu de partir également en quête de petits cols alpins oubliés avec mon cousin cet été (ça changera des classiques saturés en motos)

    porte toi bien et à bientôt sur le net

    marc

  4. Amelie Bodin

    Bon article ! Je le conseille et le diffuserai ! Au revoir ! PS : Je reviendrai

  5. David

    ceci est un petit test rapide !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>