«

»

oct 22 2014

Tour de Nouvelle-Calédonie #7

Septième étape : Koumac – Mine KNS, 88km

Nous sommes au coeur de la course, avec l’étape qui fait chaque année le mythe du Tour de Nouvelle-Calédonie : l’arrivée est jugée au sommet de la route d’exploitation de la mine Koniambo Nickel Sas, ou KNS, au terme d’une montée très irrégulière et très raide de 11,3 kilomètres. Sur l’ensemble de la montée, je compte sur mes données GPS 7,1% de pente moyenne, mais si je retire les quelques 3 kilomètres de portions descendantes, je monte à légèrement plus de 10%, soit 2% de plus qu’une ascension alpine comme l’Alpe d’Huez. Avant cela, et c’est bien là le coeur du problème en ce qui me concerne, il faut rejoindre la ville de Voh depuis Koumac, lieu du départ, c’est à dire 77 kilomètres de RT1 (la grande route principale de la Nouvelle-Calédonie, qui longe toute la côte ouest).

De ce qui nous effraie, sur cette étape, nous retenons davantage cette longue portion de plaine avant le pied de la mine, plutôt que l’ascension elle-même, car nous avons totale confiance en les capacités de notre leader et maillot jaune Thierry Fondère, qui a démontré la veille dans le col d’Amos qu’il était très solide. La bagarre pour la formation de l’échappée de la journée est particulièrement longue, presque trente kilomètres, pendant lesquels nous sommes sollicités en permanence pour filtrer les coups entre ceux qui ne doivent pas partir (trop nombreux, ou coureurs trop dangereux au classement général) et ceux qui ont notre feu vert, mais qui, à cause de la relance d’autres équipes, ne parviennent pas à perdurer à l’avant. En fin de compte, nous parvenons miraculeusement à laisser s’échapper deux coureurs, dont le troisième du classement général Shin’ichi Fukushima, coureur japonais de 43 ans qui a couru une qunzaine d’années au niveau professionnel avec à son actif une étape sur le Tour du Limousin et sur celui du Langkawi notamment. Nous laissons l’écart monter jusqu’à la minute, puis nous mettons doucement en route. Celui-ci culminera à une minute et quarante secondes environ. Alors que plusieurs coureurs, malgré la présence de l’échappée, tentent de relancer la course, je suis victime d’une crevaison, qui m’oblige à terminer les deux derniers tiers de l’étape sur une roue à dix vitesses plutôt que onze comme mes réglages l’imposent. Deux d’entre ces coureurs insistent finalement, malgré le fort vent de face, et après de longs kilomètres passés, les deux Alexis Tourtelot et Romeder reprennent finalement le duo de tête pour former un quatuor. Seulement… Il ne reste plus qu’une grosse dizaine de kilomètres avant le pied de la mine, et avec Pierre Comet, nous sommes parvenus à faire descendre l’écart à cinquante secondes.

L’équipe australienne Paradise Investment prend finalement les commandes du peloton à quelques kilomètres du pied pour placer au mieux leur leader, le porteur du maillot blanc Logan Griffin : mon travail est donc terminé et je peux terminer l’étape la conscience et les jambes tranquilles. Nous abordons la mine groupés derrière le quatuor qui est repris directement. Après deux kilomètres d’ascension, mon pneu avant explose, pimentant une ascension déjà très difficile. La vue est superbe lorsque je me retourne, avec la terre rouge, la mangrove, la plage, les lagons et l’océan au loin. Je monte à ma main, prudemment, très tranquillement, pour terminer avant dernier de l’étape à près de 25 minutes du vainqueur Florent Castellarnau. Le montpelliérain futur pensionnaire de l’AVC Aix-en-Provence s’impose avec une dizaine de secondes d’avance sur notre Thierry Fondère, qui engrange de l’avance sur tous ses rivaux immédiats. Avec les écarts de la mine, nous serons moins en danger sur les deux dernières étapes de plaine, avant le contre-la-montre final, puis le critérium anecdotique sur la place des cocotiers à Nouméa, le dernier jour. Plus que trois journées et nous saurons si Thierry Fondère deviendra le premier calédonien à remporter le Tour de Nouvelle-Calédonie depuis Christian Pierron en 1999 !

1. CASTELLARNAU Florent VCC Mont Dore
2. FONDERE Thierry Axial – Entreprise Pierre à 11″
3. CLARK Boris Wearcomp à 30″

65. BOSSIS Tom Axial – Entreprise Pierre à 25′

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>