«

»

sept 12 2014

Tour de Moselle – Élite Nationale. 84e

Étape 1 : Berg-sur-Moselle – Entrange, 140km. 100e

La première étape proposait 40 kilomètres avec l’ascension du mont Saint-Michel (un autre) à deux reprises dans la seconde moitié de l’étape… Mais surtout, un vent taquin et de nombreux changements de direction souvent imprévisibles.

J’ai été présent à l’avant dès le départ et ai manqué de peu d’intégrer la première véritable échappée (Gabriel Chavanne contre l’une de mes tentatives). Toujours placé dans les trente premiers sur des routes très tortueuses, j’ai soudain été victime d’une crevaison de l’avant et ai du attendre de longues minutes en continuant à rouler simplement que l’ensemble du peloton en file indienne me remonte. J’ai appris à mes dépends que Vincent, mon DS, avait tiré la voiture numéro 22… Il m’a fallu près de quinze kilomètres pour recoller au peloton.

Je suis rapidement remonté à l’avant et ai même participé activement à certaines tentatives de bordure. Les jambes étaient bonnes, alors je n’ai pas compté mes efforts… Lorsque le peloton a explosé véritablement, j’étais nettement moins bien placé. Pas suffisamment mal cependant pour me faire éjecter… Mais le sort s’en est à nouveau mêlé : une moto de sécurité, après s’être allègrement intercalée devant moi en pleine bordure, est descendue dans le bas côté et m’a envoyé au passage une grosse pierre en plein tibia, qui a fini sa course dans les rayons de ma roue arrière.

Bilan des opérations, un gros bleu mais surtout une nouvelle mésaventure, fatale cette fois-ci. J’ai terminé la course tranquillement dans un groupe attardé en attendant des jours meilleurs, demain et après-demain.

Étape 2 : Florange – Florange, 14,3km CLM. 75e

La journée du samedi s’annonçait d’autant plus éprouvante qu’après avoir rallié l’arrivée dans les dernières positions la veille, j’ai gagné le privilège de partir dans les premiers le lendemain matin, puisque les départs sont donnés dans l’ordre inverse du classement général. Lever avant six heures donc pour prendre le départ à neuf heures onze. Je réalise un contre-la-montre assez propre et bien géré, mais je manque toujours allègrement de vélocité dans les parties roulantes. Je termine 75e.

Mais la journée ne faisait que commencer, et une seconde étape en ligne de 107 kilomètres nous attendait encore l’après-midi.

Étape 3 : Yutz – Basse-Ham, 107km. 83e

Cette étape était celle qui me convenait peut-être le mieux. Notre leader Nico Denz remonté second du classement général après avoir terminé deuxième du contre-la-montre matinal derrière le leader Claeys, l’ensemble de l’équipe est à sa disposition, à l’exception de Mattia Viel, préservé en cas d’arrivée massive. Je suis donc missionné pour prendre les coups en début de course. Après plusieurs tentatives, où je remarque que les jambes sont bonnes, c’est Adrien Legros qui a le plus de flair et intègre l’échappée de huit coureurs. Derrière, nous tentons de mettre en difficulté l’équipe du leader, jusqu’à une erreur d’aiguillage à 40 kilomètres de l’arrivée. Les 15 minutes de pause ne me pèsent pas trop et je suis parfaitement concentré sur le final et les deux dernières ascensions, dont la dernière à six kilomètres de l’arrivée. Nous reprenons Adrien qui a sauté de l’échappée. Cela frotte beaucoup à l’approche des difficultés et je prends le vent pour protéger Nico jusqu’au pied. Je profite de mon placement pour basculer bien placé en haut de la première côte, puis j’aborde la seconde à nouveau dans les 15 premiers. J’assiste aux première loges à l’attaque éclair de Yann Guyot qui monte le mur au sprint. J’explose à 300 mètres du sommet malheureusement, alors que j’étais encore dans le groupe des costauds qui bascule pour se jouer la… 7e place à 3 secondes du reste de l’échappée. Comble de malchance mon groupe est mal aiguillé dans le dernier kilomètre, et je termine par conséquent seulement 83e. De la satisfaction d’avoir aidé l’équipe du début à la fin cependant.

Étape 4 : Thionville – Thionville, 167km. 87e

La dernière étape est de loin la plus longue et la plus difficile, avec trois ascensions de première catégorie dans le premier tiers de course. Nous avons la consigne de dynamiter la course. Je fais le départ et un gros groupe prend quelques longueurs sur mon initiative. Je suis relayé par Benjamin Jasserand, puis Adrien Legros, Nico Denz lui-même intègre un groupe quelques kilomètres plus loin, bref, nous sommes offensifs au maximum. Je paye mes efforts dans la première côte et je suis décroché in extremis dans un groupe d’une trentaine. Il reste plus de 120 kilomètres à parcourir, mais je mets un point d’honneur à rallier l’arrivée avec mon groupe. Je termine anecdotiquement dernier de l’étape à 25 minutes, pendant que Nico termine 5e et conserve sa place de second, le leader Claeys étant de l’avis de tous clairement une jambe au-dessus de ses adversaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>