«

»

déc 07 2013

#9 2/3/J Pélussin

Déjà s’achève un cycle de forme, et il est temps ; je n’ai plus la tête à grand chose. J’ai envie et besoin de faire un break, non pas que la motivation soit moins présente, mais puisque jusqu’à maintenant l’échec est total, ce ne pourra pas être pire après un nouveau départ. En attendant, je prends le départ de la course 2e catégorie de Pélussin, une des plus renommées chaque année dans la région de par son circuit, ses 150 partants habituels et son déroulement toujours particulier.
Le temps de me frayer un chemin de la 124e aux premières places du peloton, une première échappée s’est déjà formée devant avec quelques coureurs. Dans la première bosse plutôt roulante elle navigue à quelques mètres devant le peloton amorphe, si bien qu’en plaçant un petit démarrage modéré (pour éviter que le peloton ne prenne ma roue tout en limitant le gaspillage d’énergie) je l’intègre à mon tour, quelques résidus dans la roue. Les petits groupes ou les individualités qui rentrent s’agglutinent et se regroupent dans la descente durant laquelle je participe aux premiers relais du nouveau-né, pendant que je m’applique à détailler ses membres. Je note d’abord tout de suite à notre bénéfice la présence de deux Pélussinois avec Mickael Brun et Benoit Bouchet, ainsi que de deux stéphanois en la personne de Romain Garnier et Loic Rolland. Nous voilà donc à 5 juniors si l’on rajoute Guerric sur un groupe que j’estime à une quinzaine. Nous accompagnent deux GMC38, deux dolois, un ESSM, un Ambertois, un VC Velay, Jelen de Saint Chamond, un étrange maillot bleu inconnu ainsi qu’un Chambérien qui n’a pas passé un relai… Et puis Sam, que je découvre dans un autre contexte, à mon plus grand plaisir. C’est donc un beau bébé, promis à un bel avenir.
Déjà le peloton disparaît de notre horizon, et le premier écart qu’on nous annonce est en notre faveur, au dessus de la minute. Au début de l’étape, je suis des plus actifs dans l’échappée même si j’en garde sous la pédale, puisque les sensations sont très bonnes. Dans la bosse d’arrivée qui me convient à merveille, l’atmosphère ressemble à celle de Saint Romain de Popey. Je me sens chez moi et j’ai la sensation que ça peut être mon jour. Seulement sans trop que je puisse l’expliquer au fur et à mesure que les tours passent, je suis dans le dur non-stop, puisque le circuit ne permet aucune récupération et que je ne peux m’empêcher de boucher tous les trous qu’on me laisse. L’écart qu’on nous annonçait à 1’40, retombe à 45″ à 3 tours de l’arrivée et le peloton serpente bientôt à nos trousses dans la longue descente, jusqu’à ce que Jean Claude Chevignon notre speaker préféré nous l’annonce juste derrière nous sur la ligne… Loic Rolland tente de relancer l’échappée. Avec mon explosivité habituelle je remonte toute l’échappée et lui prête main forte, mais je ne peux tenir très longtemps. Sam me sacrifie son bidon et m’encourage à y aller seul si je peux, mais ce n’est pas le cas. Quand je me bats pour sortir dans la roue de Benoit Bouchet, je prends un coup de vent pleine face et une ombre bleue me déborde en danseuse : Bouchard. Puis plein d’autres, des petites tapes, des encouragements. Je me retrouve en un instant de batailler en tête de course à me torturer en queue juste pour accrocher les roues. Il ne restait que 25km à couvrir. C’est dommage.
Et ces 25km ne seront définitivement que de trop pour moi. A toutes les bonnes volontées, succèdent toujours des difficultés plus ou moins dissuasives, et quand je me retrouve devant, c’est souvent pour mieux dégringoler derrière. Je pourrais certainement me faire violence pour aller accrocher une place dans les 15 premiers, mais je n’en ai surtout plus envie. C’est dans le gros du paquet que je passe la ligne sans vraiment avoir cherché à en faire autrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>