«

»

déc 05 2013

#6 Villette-sur-Ain

Je n’ai qu’une chose à dire : merci, les cheminots…
Grâce à vous, je vais avoir une semaine de rêve : course en rhône alpes le dimanche (et non en normandie comme initialement prévu), stage départemental le mardi, tests powertap le jeudi, interrégion le samedi et le dimanche.
Le samedi matin, je choisis d’aller a Villette sur Ain à la base pour le challenge coval fantôme. Et puis le parcours a l’air sympa, 7.4km avec une belle bosse d’1km5. Sur ce on est un peu plus de 40 au départ, je pensais moins. Pas vraiment de costauds.

Dès le départ je remonte devant et puis j’ai l’envie de rouler un peu, donc je roule. Le peloton s’étire et le sommet est vite là, et tout reste compact. Quand je me relève, personne ne veut rouler. Je m’énerve un peu, puis me ravise et décide de régler ce petit souc au tour suivant. Rythme de croisière jusqu’au pied de la bosse ou j’attaque franchement. L’écart monte très vite et quand je me retourne, il n’y a persnne derrière. Puis je bascule, le vent aussi et ça fait tout de suite beaucoup plus mal. Je me retourne, un petit groupe étiré est à 200m environ. C’est parti pour le contre la montre… Faux-plats descendants vent de face, l’écart se stabilise, je ne reprends plus rien. Je perds même un peu de temps mais pas beaucoup dans la ligne droite d’avant bosse (2km quand même la ligne droite..) puis gère bien ma montée. Je me retourne au même endroit qu’au tour précédent l’écart est le même. C’est pas gagné. Mon 14 ne passe pas, ça a le don de m’énerver, je perds du temps a essayer de le passer bêtement. Dans les faux plats, j’ai l’impression que l’écart a légèrment diminué. Derrière le peloton a disparu et je n’aperçois plus qu’un groupe de contre d’une dizaine d’unités. Je me rapelle de la loi des trente secondes de monsieur Bouchard, mon dieu qu’il a raison… Et là la balance est entrain de tourner en ma défaveur. Dans la ligne droite ils reviennent à un souffle, puis je me relève finalement juste après l’arrivée.
Le doute s’installe. Quoi qu’il arrive, j’ai mal joué le coup, j’aurais mieux fait de patienter un peu. En même temps, ce qui est frustrant, c’est que dans la bosse à la pédale pour le moment je suis le plus fort, mais le vent et la ligne droite ne sont pas là pour les hommes seuls. Il faut que je change ma tactique mais je n’en trouve pas, en fait je n’en veux pas vraiment, je me mets à courir mal, j’accélère parfois sur un coup de speed dans la bosse avant de me relever, bref, c’est l’incertitude. Tout cela confirme que dans les jambes je suis probablement le plus fort, mais quand on n’a pas gagné depuis presque un an… Dans ma précipitation quelques gars pètent, en moyenne deux par tour. Ce qui fait qu’au dernier tour j’accélère plus franchement pour qu’on se etrouve cette fois à quatre. Derrière nous, il y a deux gars en poursuite. Je me sers de ce prétexte pour forcer les autres à rouler un peu plus, parce que je me sentirai plus en confiance sur un sprint à 4. La ligne droite arrive et ils sont hors de jeu, alors que nous on tourne encore : ça ne se regarde pas, c’est très bien.
Le pied de la bosse est là. L’arrivée est dans moins de 500m. La route s’incline, je prends la tête du groupe avec Mathieu à ma gauche. Je sais qu’après le virage en épeingle très serré, il ne reste que 200m à peine. Je prends donc l’initiative de lancer le sprint juste aant le virage, ce qui est très bête puisqu’il fallait freiner pour le passer ensuite. A la relance j’ai trop gros, alors je baiss une dent, le bordel… J’ai eu la frousse de ma vie quand je me retourne et vois un tararien juste à côté de moi, mais c’était pas un coureur. En fai, j’ai faitun joli trou, et sur la ligne je suis largement détaché. Enorme soulagement…

Le club, ça donne : ma victoire de jour, une victoire de Pierre à la Flèche ardéchoise, une 2e place d’Elouan a Sancé en minime et une 9e place de Thib. Au final, on a gagné au moins une course par week-end depuis le déut de la saison, c’est à dire en six semaines. Record à battre…
Rendez vous maintenant à artigues où je vais retrouver les gros du Rhône Alpes et d’ailleurs. On vise la victoire par équipe avant tout. Après, on verra bien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>