«

»

déc 05 2013

#15 Ramasse

Après la journée de guerrier au pôle mercredi, il a fallu se faire violence pour aller rouler… La tête n’y était plus vraiment et au départ de Ramasse je me demande vraiment si les jambes reviendront un jour, ou pas…

Les 66 partants donnent à Ramasse un petit air d’interrégion quand on prend la peine de voir la liste des inscrits. Le premier des douze tours fait office d’échauffement que je n’ai pas eu le temps de faire, et au second on entre dans le vif du sujet avec une attaque franche de Quentin Driot. Je me fais violence pour revenir et le premier vrai coup de la journée est parti, même si on sait que bien sur ce ne sera pas long. On se fait vite contrer d’un peu partout par un peu tout le monde, au bout de deux-trois tours je m’accorde une pause pour retrouver Thibaud qui a disparu (chute), je vois un boulet de canon jaune et bleu revenir comme une balle de derrière au moment même où je me disais que Romain se tenait calme aujourd’hui (crevaison) et c’est reparti, les maillots représentés à l’avant changent tout le temps et certains coups semblent même plutôt dangereux. C’est le premier visage que la course nous proposera. La mi course arrive, jusqu’à maintenant les jambes répondent plutôt bien même si le coeur monte très vite. Impossible de se rappeler des choses dans l’ordre, encore quand je m’en rappelle ; il y a bien dû y avoir une cinquantaine de groupes d’échappés différents tout au long de la course. Ce dont je me rappelle c’est qu’un gars de Cluses détient jusqu’à maintenant le record avec 4 ou 5 tours en tête. J’aperçois Thib sur le bord de la route, monsieur qui s’arrête sur le bord de la route pour se rendre compte qu’il n’avait pas crevé, avant de crever finalement quelques kilomètres plus loin. En ce qui me concerne je cours plutôt mal, me faisant contrer quasiment après chaque échappée, mais pourtant dans les parties difficiles les jambes répondent très bien. Le haut savoyard est finalement repris pour céder sa place à un nouveau clusien, Emilio Corbex (12e de l’étape de dimanche dernier…) Alors que la première partie de course était plutôt débridée, la 2e c’est carrément le souk total, Anthony Laubal arrive à sortir seul en contre à 3 tours de la fin, puis Axel Merle ensuite. Quand ça se décide enfin à rouler un peu on n’arrive à reprendre que Merle, avant qu’un groupe reparte avec Marc Richard, Lucas Papillon, Antoine Celle, un type d’Annemasse et Thomas. Le type d’Annemasse et Antoine craquent et sont repris dans le dernier tour. Restent alors cinq hommes en tête. Pour nous, c’est plié, on joue pour la 6. Laubal est repris par le contre, mais pas Corbex qui file gagner en solitaire. Chez nous il y a encore du monde qui attaque et ça devient carrément sérieux quand je m’aperçois que Quentin Driot est devant à 4km de l’arrivée. Je remonte vite devant et vois Romain Faussurier qui y va à son tour. Quand je trouve enfin l’ouverture j’y vais à fond et donne tout pour boucher le trou : on est 4 avec Léo Vincent et il reste deux kilomètres. Derrière Cham roule a fond et se rapproche, on n’a pas beaucoup d’avance mais on s’entend parfaitement jusqu’au dernier virage où le peloton est dans la roue. On devrait alors être cuit pour le sprint qui s’annonce dans quelques mètres, mais Quentin Jacquier le lance avant de s’écarter et Romain part au pied de la bosse à fond. Je me fais remonter par Chamerat et Driot mais rattrape Romain qui en a encore une fois trop fait. Au final ça donne 8e, pas bon sur le papier mais carrément prometteur quand je vois les jambes que j’avais tout au long de la semaine. Alors on remet la machine en route pour être au top fin juin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>